Petite analyse rapide de la Provence "étoilée" à l'occasion de la sortie du Michelin 2016 lundi 1er fevrier .

michelin 2016 sud est@AnneGarabedian bdef4

En préambule, comment était l’ambiance au Pavillon Vendôme ?

En 2015, la famille Meilleur (La Bouitte, Savoie) recevait 3 étoiles. Père et fils nous ont embarqué dans une émotion sincère et familiale. Cette fois, avec Le Squer, Piège ou Ducasse, nous étions plus dans une reconnaissance des emblématiques. Donc dans une retenue très professionnelle. Les premières minutes étaient consacrées à Benoit Violier, puis le palmarès a été enchainé avec rapidité laissant place aux interviews sauvages. On aurait aimé quelques mots de plus de chacun. Un peu plus d’humain, quoi.

La Provence qui bouillonne…

Ces deux dernières années, boostée par l’année capitale « Marseille – Provence 2013 », la dynamique culinaire de notre territoire jaillit à gros bouillons et la Provence gastronomique avait été gâtée par le Guide Michelin sur ses dernières éditions : les étoiles avaient ainsi salué les valeurs sûres de demain (Lionel Lévy à Marseille, Dimitri Droisneau à Cassis, Mathias Dandine et Marc de Passorio à Aix en Provence, Nans Gaillard à la Ciotat…) et la jeune génération talentueuse marseillaise avait particulièrement mise à l’honneur : Alexandre Mazzia et Ludovic Turac sont d’ailleurs les ambassadeurs des jeunes étoilés 2015 dans le film qui a été diffusé en première partie de la conférence de presse du Michelin ce lundi 1er février au Pavillon Vendôme à Paris.

 Botanique gastronomique

Cette année donc, pas de p’tit nouveau sur les Bouches-du-Rhône puisqu’il faut maintenant leur laisser un peu de temps pour pousser. On en prend soin et ils grandissent...

Par contre, une nouvelle distinction (les Assiettes) permet au Michelin de faire un clin d’œil aux chefs qui ont laissé un bon souvenir aux inspecteurs lors de leur passage. 68 tables des Bouches du Rhône sont ainsi remarquées, dont 18 à Marseille, preuve de notre dynamisme croissant (et gourmand !). Qui sait, peut-être y trouvera t’on les étoiles de demain ? (Evidemment, pas mal d'oubliés de belle qualité, l'inspecteur n'est pas passé partout...)

 Nouvelles étoiles pour le Contrat de Destination

Et bien sûr, la Provence continue d’avancer en semant de jolies tables étoilées autour de notre département : Jérôme Roy au Couvent des Minimes, (Mane 04), Léo Forget/Pierre Gagnaire pour Pèir, (Gordes 84), Philippe Jourdin au Faventia, (Tourrettes 83). Et pour le Contrat de Destination « Provence » qui accompagne le rayonnement de la destination à l’étranger, cela ne fait que renforcer notre attractivité gastronomique !

 Pas de rétrogradés chez nous

Nos institutions gardent le cap (Passédat, Rabanel, Droisneau, Charial...)

Pas d’inquiétude pour les restaurants qui perdent leur étoile en 2016, il y a une explication : Méo à Tarascon et La Maison Jaune à St Rémy de Provence cessent leur activité, le Clos à Aix en Provence a changé de chef, et Pierre Reboul (Aix en Provence) déménage à la Pioline. Personne ne perd d’étoile, ils sont tous confirmés.

Les restaurants étoilés des Bouches du Rhône :

3* : Le Petit Nice Passédat, Marseille

2* : L’Atelier de Jean-Luc Rabanel, Arles   

2* : La Villa Madie, Cassis    

2* : L’Oustau de Baumanière, Les Baux de Provence                  

1* : L'Esprit de la Violette, Aix en Provence                      

1* : La Chassagnette, Arles  

1* : La Table de Nans, La Ciotat      

1* : Le Saint-Estève, Les Lodges Sainte Victoire, Le Tholonet      

1* : Alcyone, Marseille         

1* : Chez Michel, Marseille              

1* : L'Epuisette, Marseille   

1* : Restaurant AM Alexandre Mazzia, Marseille              

1* : Une Table au Sud, Marseille    

1* : La Maison - Domaine de Bournissac, Noves   

1* : La Table de Ventabren, Ventabren     

Anne Garabedian